Actualités

Des solutions pour Alteo Gardanne

Sept mois après des premiers essais laboratoires particulièrement concluants pour atteindre des valeurs de rejet des effluents issus du traitement des boues rouges inférieurs aux normes imposées à Altéo en 2021 sur les métaux lourds, PearL reste en attente de pouvoir démonter l’efficacité de Biosorb® avec un pilote sur site, comme initialement envisagé.

 

Les valeurs de rejet en mer autorisées par dérogation pour le site Alteo Gardanne, faute de solutions démontrées, sont actuellement de 1226 mg/l pour l’aluminium, avec l’objectif d’être à terme être inférieur à 5 mg/l, et pour l’arsenic de 1,7 mg/l (soit 4 T/an…) avec l’objectif de descendre en dessous de 0,05 mg/l.

 

Dès ses premiers contacts avec Altéo début 2016 pour présenter sa nouvelle solution Biosorb® en traitement de finition pour garantir le respect des normes à atteindre à terme, PearL a préconisé à Altéo, contrairement à ce qui leur avait été suggéré jusque-là, un pré-traitement par injection de gaz carbonique, en amont d’un traitement de finition sur Biosorb®. Les premiers essais laboratoire réalisés chez PearL ont ainsi démontré à Altéo l’intérêt et les performances du traitement primaire préconisé au CO2  pour réduire de manière significative la charge polluante, avant passage sur Biosorb® pour descendre bien en dessous des futures normes à atteindre concernant l’aluminium (moins de 2,5 mg/l obtenus au laboratoire), mais surtout l’arsenic avec une teneur finale inférieure à 0,05 mg/l.

 

Autres avantages des tapis Biosorb® : adsorber parallèlement les autres métaux lourds présents et jouer un rôle de piège tampon de sécurité avant rejet au milieu naturel, lors des variations de charge polluante en amont.

 

Altéo a ainsi initié de son côté depuis des essais pilote sur le traitement amont préconisé par PearL, mais à fin septembre 2016, PearL attend toujours le feu vert d’Alteo pour tester  l’efficacité  de Biosorb® avec son pilote sur site.

 

 

alteo-gardanne

©AFP


Toutes nos actualités